Cet article vous plaît ? Partagez le sans attendre !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sens de la communication, empathie, écoute, narration etc, voici une petite liste des soft skills. Les soft skills, littéralement « compétences douces » en français, sont l’ensemble des qualités relationnelles, sociales et humaines qu’un candidat peut mettre en avant en entretien et, dans le futur, pour le bien de l’entreprise. Mais évaluer les soft skills d’un candidat s’avère difficile, notamment autour d’une table. Petit tour d’horizon du pourquoi les soft skills sont importantes et surtout, comment les détecter ?!

 

Les soft skills : Gagnant à tous les coûts …

 

Directement en opposition avec les hard skills« compétences dures », qui sont les qualités techniques facilement mesurables d’un candidat (ex: maitrise d’un logiciel, rédaction etc), les soft skills, elles, définissent humainement une personne au travail. Ce candidat là a-t-il la motivation nécessaire pour un poste donné ? Est-il suffisamment impliqué par le secteur, par les compétences humaines que ce poste nécessite pour rester longtemps dans mon entreprise ? Toutes ces questions, bon nombre de RH aimerait arrêter de se les poser.

81% des recrutements échouent pour causes de mauvaises identifications des motivations et des qualités personnelles d’un candidat selon Cubiks. C’est beaucoup et lorsque l’on connait le coût d’un recrutement raté (20 000 euros en moyenne pour un cadre), cela laisse des traces dans la comptabilité d’une entreprise. Autrement dit, bien savoir évaluer les soft skills est essentiel à un recrutement réussi !

Une personne recrutée avec les bonnes qualités humaines et sociales sera une collaboratrice de choix pour votre structure. Pourquoi ? Une motivation sans faille, et qualités sur le terrain en adéquation avec la cible ? Imaginez un directeur commercial qui ne possède pas de compétences d’écoute et d’empathie. Il lui sera difficile de conclure des ventes importantes pour votre société. Même avec un CV et des expériences antérieures bétons. 

 

Les soft skills : L’antithèse du CV !

 

Certes, un CV ça reste bien. Pour engager la discussion avec un candidat, pour introduire le sujet d’une compétence bien précise ou encore ne serait-ce que pour vérifier les compétences techniques d’un candidat. Mais un CV, c’est PÉRISSABLE ! La maîtrise d’un logiciel est une donnée totalement factuelle et très temporelle. ll suffit qu’un des concurrents à ce logiciel s’aligne et voilà un tout nouveau soft plus puissant, que votre candidat n’aura pas su voir venir car il lui manque une chose : la capacité d’adaptation. Celui-ci ne s’étant pas renseigné sur son secteur. C’est un exemple tout bête mais qui illustre bien le caractère périssable des hard skills. Elles sont, certes, toujours indispensables à un entretien mais plus prioritaires !

De plus, la maîtrise d’un logiciel s’apprend, la capacité à créer un lien quasiment instantanément avec un client, elle, est innée ou issue de la socialisation primaire et donc plus difficile à acquérir. Ainsi, outre son caractère non-périssable, un soft skills possède aussi une valeur bien plus forte que bon nombre des hard skills. 

Évaluer les soft skills : Ne pas se précipiter !

 

Les soft skills sont souvent décelés trop tard lors de l’entretien classique autour d’une table. En effet, celui-ci trop conventionnel, ne permet la sortie de la zone de confort ou ne favorise pas l’imprévisibilité d’une situation. Ainsi, la personnalité et donc les soft skills du candidat sont passés sous silence. Autre phase où évaluer les soft skills s’avère périlleux : le tri des candidatures.

Lorsque l’entreprise reçoit les candidatures, elle réalise un premier tri en s’intéressant uniquement aux hard skills. Ainsi, souvent, des candidats aux soft skills très bons sont rejetés pour la simple raison que les compétences techniques pour un poste donné ne sont pas suffisantes. Le service RH oubliant, à ce moment-là, que les hardskills peuvent être souvent palliés en quelques formations. Ce qui est loin d’être le cas pour les softskills.

Afin d’évaluer les soft skills, de nombreuses actions ont été mises en place comme la création de quiz en ligne ou à remplir lors de l’entretien. De nombreux questionnaires de personnalités à l’origine obscure ont aussi vu le jour. Tous les moyens étant devenus bons pour repérer ces qualités tant recherchées. 

Le recrutement évènementiel : Le radar à soft skills

 

Dans la catégorie des innovations en termes de recrutement, l’évènementiel se distingue par sa dimension de « radar à soft skills ». En effet, lors d’un évènement, qu’il soit sportif, technique ou à but d’échanges, le candidat n’est pas le même qu’en entretien classique. Sa zone de confort est réduite et son expérience dans ce genre de situation est limitée. Sa vraie personnalité, amenant avec elle son flot de soft skills, peut enfin se montrer. Évaluer les soft skills devient alors beaucoup plus simple.

Par exemple, lors d’un évènement de recrutement portant sur une rencontre sportive entre plusieurs candidats, certains d’entres eux feront preuve de plus de leadership que d’autres, certains montreront leur détermination avec plus de facilité. L’esprit d’équipe pourra être une des nombreuses autres « qualités douces » mise en avant par un ou plusieurs des candidats. Dans le même sens, il est possible de directement rechercher une qualité bien précise lors d’un évènement de recrutement. Imaginons la mise en place d’un atelier de dessin ou de peinture afin de déceler les candidats les plus créatifs.


Cet article vous plaît ? Partagez le sans attendre !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •